Logo Préfecture de la région Provence Alpes Côte d'Azur
Logo Région Sud

Synthèse de l'atelier de travail COREPS du 25 mai 2023

Télécharger la synthèse

- publié le 2023-05-25-Coreps

PARTICIPANTS

  • CD13 - Alisa Frossard Razafy
  • DRAC - Céline Porro
  • Festival de Chaillol - Michael Dian
  • FNCC - Claire De Causans
  • SMA - Nadine Verna

Animation

Arsud - Anaïs Le Floch
Arsud - Julien Chauvet

SYNTHESE

Co-construire le programme d'une prochaine demi-journée de rencontre permettant le partage d'expériences et de bonnes pratiques autour des droits culturels ; déterminer donc : les contenus, les inspirants, les objectifs, le format, la méthode d'animation, les dates et lieux d'accueil possibles.

Objectifs fixés

Permettre aux publics d'accéder à leur propre culture et celle des autres
Favoriser la liberté d'expression artistique
Elaborer collectivement et en permanence le vouloir « vivre ensemble »
Développer la vitalité du territoire en favorisant les interactions entre les cultures
Echange sur des préconisation collectives – donner à voir les attentes et les pratiques, élaborer de l'analyse partagé à mettre en débat.

Piste de réflexion n°1

Habitants et politiques culturelles
_Comment faire participer et contribuer des habitants à la vie culturelle, aux instances (aussi politiques culturelles).
_Comment répondre aux besoins des territoires dans la mise en œuvre des droits culturels ?
_Quel est l'effet d'une contribution active des habitants ? Les gens viennent, ils sont tous chargés d'histoire, de mémoire et de références culturelles : il faut s'intéresser à ce qu'ils peuvent donner et comment ils peuvent être partie prenante d'autres cultures qui ne sont pas forcément les leur.
_Les Tiers-lieux peuvent favoriser la participation active des habitants

Piste de réflexion n°2

Le choix à la culture
_Le premier besoin culturel, c'est la reconnaissance des ressources culturelles d'un individu.
_L'accès à la culture n'est plus le sujet. Tous les individus ont clairement la capacité d'écouter tout ce qu'ils veulent dans le téléphone : la révolution numérique et digital a laissé l'accès de tout à tous. Le frein est dorénavant la représentation que l'on s'en fait.
_Comment permettre le choix ?
_Comment préserver les conditions de diversité culturelle ?
_Comment promouvoir des relations autres que marchandes et consommatrices pures ? Comment, du producteur au public, on passe à une autre forme d'action culturelle ? Comment passer d'une logique de concurrence à une logique de coopération ?

Thématiques proposées

_L'EAC offre une sensibilisation à cette notion de choix culturel ; il faudrait pouvoir la distinguer de
l'action culturelle.
_Le soutien aux pratiques amateurs
_L'intégration des habitants aux politiques culturelles ? Quelles sont les opportunités d'une telle démarche ?
_Le développement d'acteurs privé en situation de quasi-monopole à l'échelle de la planète
_ Les droits culturels et la diversité culturelle
_ Logique de production et diffusion en circuit court

Inspirants

_Habitants : participation des habitants au CA de Chaillol, ou collège habitant de la Friche La Belle de Mai, avec une participation active des habitants dans la gouvernance de ces établissements culturels.
_Spectateurs : ils ont une expérience fine de l'enjeu culturel par rapport à leur propre endroit, avec un regard très aiguisé parfois sur des questions de pilotage budgétaire, question d'écosystème etc.
_Bénévoles, membres de CA ou de bureaux.
_Sortir du champ culturel pour voir comment font certains collectifs de quartier, par exemple sur la question de l'alimentation solidaire, et qui sont parfois très avancés par rapport aux instances culturelles. Nous devons observer comment d'autres espaces d'interactions existent, qui touchent à des besoins sociaux et qui s'inscrivent dans le même champ que nous.
_AMACA (AMAP culturelle) portée par un collectif d'habitants dans les Alpes-Maritimes
_Les paniers culturels – la culture en circuit court dans le Luberon
_Nadine Estève organise, dans un quartier de Marseille, des paniers-surprises culturels.

Format et méthode

_Luc Carton a organisé une journée « Tribunal pour les générations futures », avec un procureur contre les droits culturels, un avocat de la défense des droits culturels. Cette séance était ouverte au public. Les jurés ont été tirés au sort parmi le public. On a vraiment fait un procès des droits culturels pour débattre de la chose, et le format avait quelque chose de très incarné.
_Ateliers participatifs

Nouveau temps d'échange le 19 juin de 14h30 à 15h30